Strasbourg se met au vert

La mairie de Strasbourg a changé de couleur politique aux dernières élections municipales. La liste Strasbourg Écologiste et Citoyenne, portée par Jeanne Barseghian (Europe Écologie Les Verts), a emporté le second tour des élections et établi un conseil municipal issu de divers horizons politiques, d’EELV au Parti Communiste Français, en passant par Place Publique ou encore le Labo Citoyen et de nombreux colistiers sans appartenance de parti.

Parmi les engagements de la liste, l’introduction de deux menus végétariens hebdomadaires dans les cantines scolaires du primaire. C’est auprès de l’Association Végétarienne de France (AVF) que la liste s’était engagée à améliorer l’offre végétarienne dans les cantines strasbourgeoises. D’après l’étude INCA 3, les enfants jusqu’à 10 ans consomment en moyenne 55 g de protéines par jour, soit entre 200 et 400 % des Apports Nutritionnels Conseillés de l’ANSES, ce qui a des effets délétères sur leur santé présente et future (obésité, cancers, maladies cardio-vasculaires). Les cantines servent en particulier 3 à 4 fois trop de protéines animales aux enfants. Il est donc crucial d’y augmenter la part de menus végétariens.

Assiettes Végétales, représentée par Cyril Ernst (chargé de campagne) et deux membres de l’AVF ont ainsi rencontré plusieurs élu·e·s le lundi 17 août afin de discuter des conditions de mise en œuvre de cette nouvelle offre, d’ici la fin du mandat de la mairie. Soraya Ouldji, (conseillère municipale déléguée à la petite enfance et à la restauration scolaire), Marc Hoffsess (en charge de la transformation écologique du territoire), Antoine Neumann (promotion d’une alimentation respectueuse des écosystèmes et de la santé des consommateurs), ou encore Marie-Françoise Hamard (conseillère municipale déléguée aux animaux dans la ville), ont reçu les représentant·e·s des deux associations à la cité administrative de Strasbourg. La rencontre s’est déroulée agréablement, les élu·e·s se montrant concerné·e·s par les revendications des représentant·e·s des associations. Ce fut l’occasion de réaffirmer l’importance de l’amélioration de la qualité des repas végétariens, tant au niveau nutritif que gustatif et écologique, tout comme la nécessité d’amener davantage d’élèves vers le menu végétarien.

Afin que les cantines de Strasbourg soient bientôt un modèle à suivre pour les autres villes de France, Assiettes Végétales et l’Association Végétarienne de France ont envoyé une proposition commune aux membres du conseil municipal. Ces recommandations ont pour but de travailler ensemble à faire de la restauration collective sur laquelle les mairies ont la main (cantines scolaires mais également administratives) un moyen d’accès à une offre la plus végétale possible. Nous rappelons en outre la nécessité de transformer le choix végétarien en un levier efficace d’action pour la santé des enfants, l’avenir de notre planète, l’éducation au goût et le bien-être animal :

  • Demander à Elior, prestataire de services de restauration, de se former urgemment aux techniques de cuisine végétale, et le plus possible à base de protéines végétales.
  • Développer les protéines végétales dans les autres menus de la restauration scolaire. En effet, en dehors du menu végétarien, il serait souhaitable que 50% de l’apport protéique des menus autres que végétarien soit d’origine végétale, et que les portions de viande, de poisson, d’œufs et de produits laitiers soient ajustés aux besoins réels des enfants.
  • Informer les parents sur l’équilibre nutritionnel des menus. Des brochures pourront être fournies afin d’informer des bienfaits du menu végétarien comme de l’augmentation de la part des protéines végétales dans les repas.
  • Favoriser le menu végétarien : le système actuel dans les cantines repose sur l’inscription en ligne pour le choix des menus. C’est donc directement aux parents que revient le choix du menu qui sera dégusté par leur enfant. Si ce système est poursuivi, promouvoir l’option végétarienne auprès des parents et de leur enfant aura donc un rôle déterminant dans le choix des options.

Les engagements pris par la mairie de Strasbourg sont encourageants et nous avons bon espoir que la commission tripartite à laquelle nous participons portera ses fruits en impulsant des changements nécessaires en matière de restauration scolaire, mais également administrative. Pour terminer, les mairies profiteraient à échanger et partager leurs expériences en matière de végétalisation des menus de la restauration scolaire et administrative. Toutes les bonnes pratiques doivent être encouragées et l’émulation ne peut que faire avancer les territoires vers une alimentation plus respectueuse de l’environnement et de la santé de chacun·e !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *