Une centaine d’universitaires demandent plus de végétal au Resto’U en Bourgogne et Franche-Comté

Le CROUS de Bourgogne Franche-Comté, va-t-il faire sa part face à l’urgence climatique en verdissant les menus de ses restaurants et cafétérias universitaires ?

C’est pour améliorer l’impact écologique de centaines de milliers de repas par an que 107 scientifiques (au 8 juin 2020) de l’environnement et universitaires lui suggèrent 8 mesures concrètes, dans une lettre ouverte envoyée aujourd’hui à la direction. Les signataires proposent « de rendre visible et attractive l’alimentation végétale » dans chacun des 22 restaurants et cafétérias de la région « pour qu’une part croissante des usagers des RU l’incluent régulièrement dans leurs habitudes alimentaire ».

Parce qu’elle utilise moins de ressources, de terres agricoles et d’énergie, l’alimentation végétale est de loin plus respectueuse de l’environnement. Des dizaines de milliers de scientifiques, l’ONU ou encore le GIEC indiquent qu’une transition vers une alimentation plus végétale est nécessaire pour contrer le changement climatique et la crise écologique en cours. Une étude parue dans Science a démontré que choisir un plat végétal comme un curry de lentilles, un chili con soja ou un hachis parmentier végétal permettait de réduire jusqu’à 73 % des émissions de gaz à effet de serre alimentaires individuelles.

« Nous encourageons le CROUS de Bourgogne Franche-Comté à proposer une offre végétale, équilibrée et gustative, chaque jour » déclare l’astrophysicien Julien Montillaud de l’Université de Franche-Comté, à l’initiative de la proposition. « Le caractère central des Restos U dans la vie de l’université leur donne la capacité d’inciter des milliers d’usagers, majoritairement des étudiants, à adapter leur comportement au défi écologique ».

Le CROUS de Bourgogne Franche-Comté sert plus de 1,9 millions de repas par an, dont une partie déjà en végétal, comme au RU Lumière de Besançon ou l’on peut choisir quotidiennement un « menu végétalien ». Ces efforts sont louables mais les signataires remarquent que dans l’ensemble « le fonctionnement actuel des restaurants universitaires de Franche-Comté n’incite pas à l’alimentation végétale ». Bonne nouvelle : les expériences dans des RU ailleurs en France prouvent le succès d’une offre végétale variée, comme dans un RU de Strasbourg où le plat végétal quotidien est pris par près d’un tiers des étudiants !

L’information a été relayée sur France 3 BFC et le Bien Public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *