3 amendements à la loi Climat pourraient végétaliser des millions de repas

Rien n’est encore joué mais un premier cap a été franchi. L’article 59 du projet de loi “Climat et résilience”, qui concerne les options végétariennes dans la restauration collective, a été discuté le 16 avril à l’Assemblée nationale. La loi doit encore être examinée par le Sénat mais trois amendements importants ont été validés par les député·e·s.

Nous les avions présentés aux élu·e·s, aux côtés d’autres associations comme l’Association végétarienne de France et Greenpeace. Ces amendements pourraient rendre des millions de repas végétariens.

1. L’option végétarienne arrive dans le secteur public

C’est notre objectif depuis les débuts d’Assiettes Végétales : une option végétarienne deviendra obligatoire dans les restaurants universitaires à compter de 2023, selon le texte actuel de la loi. Cette obligation s’étend à tous les restaurants collectifs sous la responsabilité de l’État lorsque ceux-ci proposent déjà un menu à choix multiple : administrations et entreprises publiques, armées, prisons et hôpitaux ! Cette mesure aurait des conséquences majeures sur la généralisation et la banalisation des repas végétariens.
Pour un impact positif maximum sur la planète, ces plats végétariens devront être majoritairement à base de protéines d’origine végétale et non animale, et nous allons agir pour que cela soit le cas.

2. Les cuisinier·e·s vont enfin entendre parler des protéines végétales

La formation des cuisinier·e·s abordera les bénéfices en matière de santé et d’environnement de la diversification des sources de protéines. Nous tenions à faire sauter le verrou de la non-formation des chefs à la cuisine végétale, c’est pourquoi nous avons proposé un amendement en ce sens. Bonne nouvelle, notre proposition a été partiellement reprise.
Cependant, en l’état actuel du texte, une incertitude demeure quant aux réelles conséquences d’un tel amendement sur le contenu des formations en cuisine. Si la loi est votée en l’état, les apports et modifications portés aux formations de cuisine devront être précisés par un décret.

3. Le menu végétarien hebdomadaire s’installe pour de bon dans les cantines

Vous vous rappelez le menu végétarien hebdomadaire ? En 2018, la loi dite “EGAlim” l’avait introduit à titre expérimental dans la restauration scolaire. Près de trois ans plus tard, la loi “Climat et résilience” pérennise cette obligation. À ce jour, près de la moitié des lycées et plus de 40% des collèges n’appliquent toujours pas la loi.
Évidemment, nous étions favorables à un choix quotidien pour les élèves et nous allons nous mobiliser pour l’obtenir, aux cotés des lycéens et lycéennes qui réclament #PlusDeVégé. Actuellement, les élèves qui ne souhaitent pas manger de viande, de poisson ou de produits animaux ne peuvent tout simplement pas accéder à un repas complet et équilibré dans la majorité des cantines du secondaire.

Vous aussi vous voulez que ça change ? Soutenez-nous en signant l’appel pour un choix végétal quotidien dans toute la restauration collective !